ACTUELLEMENT
EN KIOSQUES

N°82

Marceau Guitars Tradition SC Model

Seb Chouard & Tom Marceau sont dans un bateau

Le 2 novembre dernier, le showroom parisien Guitars Addicts (caverne d’Ali Baba bien connue des fans de matos) accueillait le luthier Tom Marceau et notre ami Sébastien Chouard, afin de célébrer la naissance du nouveau modèle à être sorti de l’atelier de Marceau Guitars, la SC. Cette guitare, très inspirée d’une reine américaine du classic rock, rejoint la nouvelle gamme « Tradition » de la marque, et même si Seb est à l’initiative de sa création (d’où les initiales), il ne s’agit pas à proprement parler d’un modèle signature. Les deux compères se sont confiés à Guitare Xtreme Magazine.

Comment vos deux routes se sont-elles croisées ?
S : Le plus naturellement du monde. Tom est venu sur quelques dates de County Jels, le groupe que j’ai créé avec Eric Sauviat. De fil en aiguille, nous avons sympathisé, et comme nous sommes tous les deux passionnés, nous avons parlé guitare et matos.

T : Seb a essayé plusieurs de mes guitares, dont le modèle PK. Il a été conquis, mais pour lui, c’était un peu trop moderne (rires). Puis il a eu entre les mains une de mes réalisations très typée Les Paul, et c’est à partir de là que nous sommes dits : « Et si on concevait une guitare ensemble ». En conjuguant mon savoir-faire et son expérience de guitariste et de performer, nous avons donné naissance à la SC.

S : Et si nous avons voulu vous rencontrer, c’est que nous sommes vraiment très fiers et satisfaits du résultat.

Seb, as-tu déjà eu l’occasion d’utiliser la SC en contexte live ou studio ?
S :
Non, pas encore, puisque je ne l’ai eu qu’hier. En fait, j’ai un peu speedé Tom, parce que je voulais vraiment que la guitare soit prête pour les répétitions de The Voice, qui vont débuter dans quelques jours.

Comment décririez-vous la SC ?
S :
C’est ce que les Américains appellent un « workhorse », une bête à tout faire. Mon idée était de rester sur quelque chose de très « gibsonien », mais d’élargir un peu la palette sonore. Le caractère de la guitare est très blues rock, mais je peux sans problème aller dans de la pop et du funk.

T : Les deux micros humbuckers, que je fabrique moi-même, sont splittables. Seb possède déjà une SG Brian Ray arborant des possibilités similaires, mais aucune de ses Les Paul ne lui offre une telle polyvalence. Chaque tonalité est donc équipée d’un push/push.

S : Et puis les micros P2 que fabrique Tom sont fantastiques. Je peux le dire, ils sont beaucoup plus performants que ceux qui équipent ma Brian Ray.

Ce qui est intéressant, c’est que malgré son côté hyper ergonomique, la SC conserve l’architecture et le caractère classique de la Les Paul…
S :
C’était l’idée, mais nous voulions quand même que la guitare porte le style particulier de Tom, notamment avec ce travail sur le talon qui change bien la donne sur le terrain. Je ne suis pas hyper shreddeur, mais c’est agréable de ne pas avoir l’impression de tenir un bottin téléphonique quand on joue dans le haut du manche. La forme globale a quand même été légèrement modifiée.

Côté bois, vers quelles essences vous êtes-vous portés précisément ?
T :
Le corps et le manche sont en Sapelli, un bois de la famille des acajous. La table est en sycomore et touche en palissandre.

Le corps est-il chambré ? La guitare ne nous a pas semblé ultra lourde…
T :
Non, et puis elle fait quand même son petit 4,3 kg (rires).

Les humbuckers P2 procurent un beau grain vintage. Tom, que peux-tu nous dire concernant leur conception ?
T :
Ce sont des Alnico 2, donc effectivement, ils ne sont pas trop puissants (autour de 7/8 k) et plutôt typés « à l’ancienne ». Je ne vais pas livrer tous mes petits secrets, mais ils sont asymétriques. En décodé, il y a plus de tours sur l’une des deux bobines. J’aime cette configuration, parce qu’elle procure un son plus riche, avec davantage de fréquences. En fonction du rendu que le guitariste souhaite obtenir en split, la bobine restante peut-être la plus faible ou la plus puissante.

Le manche est une vraie réussite en terme de confort. On est tout de suite à la maison…
T :
Il est en trois parties, avec un profil intermédiaire. Seb ne voulait pas un gros manche vintage ni quelque chose de trop fin. Petit détail : la tête est coupée directement dans la masse. Il ne s’agit pas d’un collage. Nous avons opté pour de bonnes grosses frettes comme les aime Seb, et des mécaniques à blocage Hipshot, les mêmes que je monte sur toutes mes guitares.

Quel est l’avantage d’une tête non collée ?
T :
Déjà, ce procédé, que l’on retrouve sur toutes mes guitares, évite d’entraver les vibrations du bois. Bon et puis il faut avouer que c’est aussi beaucoup plus joli.

S : Et puis regarde ce petit détail qui tue : une lamelle de bois se détache de la touche sur l’avant-dernière case, et laisse apparaître la molette de réglage du trussrod, façon Musicman. Quand elle est en place, on ne voit rien. La précision du boulot est vraiment impressionnante.

Zéro défaut, donc ?
S :
Pour l’instant, je ne lui trouve aucun défaut, mais à l’usure, je lui en trouverais forcément quelques-uns (rires).

Specs :
Prix : 1890 €
Corps : sapelli
Manche : sapelli
Touche : érable sycomore
Micros : humbucker P2 (aimants Alnico 2)
Mécaniques : Hipshot à blocage
Sillet : os
Trussrod : double action